Partager
Retour
Le droit du plus fort

Acheter en ligne

  • Rue des Libraires
  • Archambault
  • Renaud Bray
  • Place des librairies
  • Gallimard de Montréal
Acheter en version numérique (EPUB)
Acheter en version numérique (PDF)
Feuilleter en ligne

Parution

Canada

septembre 2018

Europe

octobre 2018

Papier

Prix

27$ / 19€

Nombre de pages

344

ISBN

978-2-89719-407-9

Numérique

Prix

18.99$ / 13.99€

ISBN ePub

978-2-89719-409-3

ISBN PDF

978-2-89719-408-6

Table des matières
Nouveauté

Le droit du plus fort

Nos dommages, leurs intérêts

Anne-Marie Voisard | Hors série | 344 pages

Cet essai est né d’une expérience vécue. Il ne prend pas pour autant la forme d’un témoignage. Il ne s’agit pas non plus de rouvrir, par les voies détournées de l’écriture, deux procès que des règlements hors cour auraient laissé inachevés. Si l’affaire Noir Canada mérite d’être soumise à l’analyse, c’est en tant qu’elle est symptomatique de la violence sociale qui s’exerce par le dispositif judiciaire et qu’elle nous donne à voir, sous une forme paradigmatique, le rôle stratégique joué par le droit dans la cartographie contemporaine des rapports de pouvoir et de domination. Elle fonde ici la genèse d’une réflexion sur les perversions et les torsions d’un droit organisant la suspension de la justice au service des fins les moins irréprochables, d’un droit de la sortie du droit, d’un droit du plus fort.


Dans cet ouvrage, Anne-Marie Voisard nous plonge dans une ambitieuse décon­struction du droit, de ses procédures et de ses appareils. Elle rappelle que si la violence et le pouvoir sont des choses qui se révèlent dans l’expérience, dans le vécu, elles n’échappent pas à l’analyse critique rigoureuse. Ce livre est tout à la fois une synthèse, un récit et un puissant essai sur la pratique contemporaine du droit.
– Normand Landry, professeur en communications à la TÉLUQ

Pour que le droit ne se sclérose pas, il doit toujours progresser. Il faut alors sans cesse mesurer l’écart qui le sépare de la justice. Cet important ouvrage d’Anne-Marie Voisard arrive à point nommé. Il offre le plus bel exemple d’une réflexion sur la justice pouvant aider à faire progresser le droit.
– Michel Seymour, professeur de philosophie à l’Université de Montréal

10 ans de Noir Canada – En 2008, Écosociété faisait paraître Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique, d’Alain Deneault, William Sacher et Delphine Abadie, ce qui valut à la maison d’édition et aux auteur.e.s deux poursuites judiciaires de compagnies minières totalisant 11 millions de dol­lars. Dix ans plus tard, nous avons voulu reprendre la parole sur les enjeux démocratiques que cette affaire a soulevés en publiant deux livres, deux regards croisés sur le droit et la liberté d’expression dans l’édition.


Sur le même thème
SLAPP

SLAPP

Bâillonnement et répression judiciaire du discours politique

Normand Landry

Noir Canada

Noir Canada

Pillage, corruption et criminalité en Afrique

Alain Deneault

Le droit du plus fort

Nos dommages, leurs intérêts

Table des matières

PROLOGUE
INTRODUCTION

PREMIÈRE PARTIE - La procédure comme dispositif de pouvoir
1. La procédure comme châtiment
2. La contrainte par corps
3. Atermoiement illimité
4. Un scandale sociologique
5. Le hors cour, cet impensé (I) : l’interrogatoire hors cour
6. Le temps des bouffons : rire devant l’absurde
7. La mise en demeure : une figure de l’interpellation

DEUXIÈME PARTIE - Pouvoir des mots, force du droit
8. De la censure à la sensure : faire l’économie du discours
9. Le conflit des facultés
10. Raison et déraisons du droit : la « personne raisonnable »
11. Diffamania
12. Lutte de paroles, bataille du sens, guerre des fictions

TROISIÈME PARTIE - La continuation de la guerre par d’autres moyens
13. SLAPP : du dispositif pervers à la stratégie globale
14. Raison néolibérale du droit : faire l’économie de la justice
15. Le hors cour, cet impensé (II) : le règlement hors cour
16. Nos dommages et notre besoin de réparation sont incommensurables
CONCLUSION : Assigné.e.s à résistance

ANNEXES
1. Chronologie de l’affaire
2. Noir Canada : ce qu’ils en ont dit…
Notes complémentaires