Revue de presse

L’ennemi de classe

« [J'ai] [a]doré l’essai de 77 pages Le virus et la proie, de Pierre Lefebvre. Cette lettre s’adresse à un monsieur, un possédant, et elle est à la fois cinglante, émouvante, informée, violente et triste. C’est la voix des sans-voix, de ceux qui voteront blanc ou pas, de ceux qui ne fittent pas. » – Josée Blanchette dans Le Devoir