Partager
Retour
Décroissance

Acheter en ligne

  • Rue des Libraires
  • Archambault
  • Renaud Bray
  • Gallimard de Montréal
Acheter en version numérique (EPUB)
Acheter en version numérique (PDF)
Feuilleter en ligne

Parution

Canada

novembre 2015

Papier

Prix

30$

Nombre de pages

376

ISBN

9782897192341

Numérique

Prix

21.99$

ISBN ePub

9782897192365

ISBN PDF

9782897192358

Table des matières

Décroissance

Vocabulaire pour une nouvelle ère

Sous la direction de Giacomo D'Alisa, Federico Demaria et Giorgos Kallis | Hors série | 376 pages

Préface de Fabrice Flipo

Il devient urgent d’appréhender l’économie, la société et la crise écologique avec un nouveau regard. Quand le langage véhiculé devient inadéquat pour saisir le monde, il est temps de mettre de l’avant un nouveau vocabulaire, ce que propose cet ouvrage appelé à devenir une référence incontournable. Sortir des balises de l’économisme triomphant où la croissance est le remède à tous les maux, voilà l’ambitieux défi politique de Décroissance. Vocabulaire pour une nouvelle ère.

Devant les crises économiques à répétition, l’accroissement des inégalités et les désastres écologiques, le remède de la croissance est un cul-de-sac. Elle est devenue non rentable sur le plan économique, non soutenable sur le plan écologique et injuste sur le plan social. Il est utopique de croire que l’humanité peut continuer de fonctionner sur ces bases destructrices ; le modèle de développement économique occidental nécessiterait quatre à cinq planètes, or nous n’en avons qu’une…

Le mouvement de la décroissance, qui a pris naissance en France et rassemble aujourd’hui des personnes aux quatre coins du globe, milite pour des sociétés qui useraient moins de ressources naturelles et s’organiseraient selon des bases radicalement différentes. Simplicité, économie de la permanence, autonomie, audit de la dette, entropie, extractivisme, et buen vivir, voilà quelques-unes des entrées présentées dans ce livre pour sortir des ornières idéologiques dominantes, décoloniser nos imaginaires. Et bâtir enfin une société égalitaire et soutenable, viable sur les plans écologique, économique et social.

Publié en Europe aux éditions du Passager clandestin.

À un moment de l’histoire où les leaders politiques, économiques et intellectuels pensent que rien de fondamental ne peut désormais être mis en question, rien n’est plus important que le mouvement d’idées et  d’actions que représente ce livre sur la décroissance.

– David Graeber, London School of Economics, auteur de Dette : 5 000 ans d’histoire


Avec des contributions de Blake Alcott, Samuel Alexander, Diego Andreucci, Isabelle Anguelovski, Paul Ariès, Viviana Asara, Denis Bayon, Anna Bednik, David Bollier, Mauro Bonaiuti, Chris Carlsson, Claudio Cattaneo, Marta Conde, Chiara Corazza, Sergi Cutillas, Marco Deriu, Kristofer Dittmer, Arturo Escobar, Silke Helfrich, Joshua Farley, Mayo Fuster Morell, Erik Gómez-Baggethun, Eduardo Gudynas, Tim Jackson, Nadia Johanisova, Christian Kerschner, Serge Latouche, David Llistar, Sylvia Lorek, Joan Martinez-Alier, Terrence McDonough, Mary Mellor, Barbara Muraca, David Murray, Daniel O’Neill, Iago Otero Armengol, Philippa Parry, Susan Paulson, Antonella Picchio, Mogobe B. Ramose, Xavier Renou, Onofrio Romano, Julier Schor, Filka Sekulova, Agnès Sinaï, Alevgül H. Şorman, Ruben Suriñach Padilla, Erik Swyngedouw, Gemma Tarafa, Sergio Ulgiati, Brandon J. Unti, Peter A. Victor, Solomon Victus, Mariana Walter et Christos Zografos.


+ + Les entrées seront progressivement accessibles gratuitement (voir Feuilleter en ligne).

Les entrées en question seront ainsi sous la licence CC suivante:


Sur le même thème
Creuser jusqu'où?

Creuser jusqu'où?

Extractivisme et limites à la croissance

Yves-Marie Abraham, David Murray

Décroissance

Vocabulaire pour une nouvelle ère

Table des matières

Avant-propos
Préface
Introduction – Décroissance

COURANTS DE PENSÉE
anti-utilitarisme
bioéconomie
développement (critiques du)
écologie politique scientifique
écologisme (courants de l’)
état stationnaire (économie de l’)
justice environnementale
métabolisme sociétal

NOYAU DUR
autonomie
biens communs
bonheur
capitalisme
care
catastrophes (pédagogie des)
convivialité
croissance
dématérialisation
démocratie directe
dépense (notion de)
dépolitisation/ le politique
effet rebond
émergie
entropie
état
extractivisme
imaginaire (décolonisation de L’)
limites sociales de la croissance
marchandisation
marchandise (frontières de la)
néomalthusiens
pic pétrolier
produit intérieur brut
simplicité

ACTION
biens communs numériques
coopératives
désobéissance
dette (audit de la)
écocommunautés
emploi garanti
Indignés/Occupy
jardinage urbain
low tech
monnaie publique
monnaies communautaires
néoruraux
néo-utopistes
nouvelle économie
revenu de base et revenu maximum
science post-normale
syndicats
travail (partage du)

Alliances
anthropocène
buen vivir
économie de la permanence
économie féministe
ubuntu

Épilogue – De l’austérité à la dépense
Annexe – 10 propositions politiques pour la nouvelle gauche : Oui, nous pouvons prospérer sans croissance.