Partager
Retour
Les gros raflent la mise

Acheter en ligne

  • Rue des Libraires
Acheter en version numérique (EPUB)
Acheter en version numérique (PDF)
Feuilleter en ligne

Parution

Canada

avril 2002

Papier

Prix

14$ / 15.4€

Nombre de pages

214

ISBN

978-2-921561-64-6

Table des matières

Les gros raflent la mise

À qui profitent les fonds publics à l'heure de la mondialisation

Steven Gorelick | Régulière | 214 pages

Traduit de l'anglais par Anne Bénard, Joanna Brémond, Mariam Brûlon, Jean Revenaz, Marie-Claude Rochon et Aurea Tiberghien

La phénoménale croissance des entreprises transnationales dans une économie de plus en plus mondialisée n’est pas le fruit d’un processus inévitable. Il s’agit plutôt d’un phénomène social, historique, qui résulte notamment de choix politiques faits au nom de la population par les gouvernements. Cette course à l’expansion infinie est généreusement financée par l’État : les élites sont convaincues que tout ce qui est gros et grand s’avère bon marché, efficace, meilleur et profitable pour tous. Et si ce n’était pas le cas ?

Steven Gorelick expose ici à qui et à quoi profitent les fonds publics à l’heure de la mondialisation. Sans une kyrielle de subventions directes et indirectes dans les domaines de l’énergie, des transports, des communications et de l’éducation, les transnationales ne seraient pas devenues ce qu’elles sont. L’auteur démontre que l’argent des contribuables est utilisé pour créer une structure économique servant à assouvir l’appétit toujours grandissant de ces entreprises.

Les citoyens soutiennent donc, sans nécessairement le savoir, les forces responsables de l’érosion des communautés, des emplois et de l’environnement. Loin de se laisser décourager par ce constat, l’auteur propose des solutions de rechange. Il est possible de revoir nos modes de vie et le fonctionnement du monde. Pour créer des structures qui protègent la diversité culturelle et la richesse de la nature, il importe de valoriser l’économie locale plutôt que le commerce international, et de miser sur la constitution de collectivités vivantes et dynamiques plutôt que sur le renforcement d’organisations lointaines et anonymes.

Sur le même thème
Kuei, je te salue

Kuei, je te salue

Conversation sur le racisme

Deni Ellis Béchard, Natasha Kanapé Fontaine

Les gros raflent la mise

À qui profitent les fonds publics à l'heure de la mondialisation

Table des matières