Partager
Retour
La tyrannie des droits

Acheter en ligne

  • Rue des Libraires
Acheter en version numérique (EPUB)
Acheter en version numérique (PDF)
Feuilleter en ligne

Parution

Canada

avril 2014

Europe

novembre 2014

Papier

Prix

22$ / 15€

Nombre de pages

168

ISBN

978-2-89719-138-2

Numérique

Prix

15.99$ / 10.99€

ISBN ePub

978-2-89719-139-9

ISBN PDF

978-2-89719-140-5

Table des matières

La tyrannie des droits

Brewster Kneen | Régulière | 168 pages

Préface d'Anne-Marie Voisard | Traduit de l'anglais par Daniel Poliquin

Droit à l’alimentation, droit au logement, droit à l’eau. Dans les dernières décennies, la défense de droits collectifs semble s’être imposée dans le cadre des luttes sociales. Or, nous dit Brewster Kneen, le paradigme des droits est devenu si dominant dans le débat social et politique occidental qu’il s’apparente à une tyrannie. L’hégémonie du discours des droits est telle qu’il menace jusqu’à la capacité de nos sociétés à concevoir des interventions publiques efficaces en faveur de la justice sociale et du bien commun.

La reconnaissance de droits sociaux dispense généralement les décideurs d’intervenir pour remédier à l’injustice et prend davantage une valeur incantatoire. La cause de cette impuissance réside en partie dans le mariage de la philosophie des droits avec l’individualisme et le libéralisme économique. Ériger un objectif en un droit, c’est le réduire à une revendication individuelle. Passant en revue toute une série de droits, l’auteur démontre que cela a pour effet de miner la solidarité sociale dans la poursuite de cet objectif. L’exemple du droit à l’alimentation le démontre bien : sa reconnaissance n’a jamais nourri personne. Le débat se déplace alors des structures socioéconomiques qui génèrent l’injustice vers l’État, dont on attend qu’il apporte un remède ponctuel.

Remettant en question le prétendu universalisme des droits de la personne, Kneen cite plusieurs exemples de sociétés « non occidentales » où la notion même de droit individuel est absente, au profit d’un langage de la responsabilité à l’égard d’autrui. S’y élaborent des solutions collectives locales qui ont des chances d’apporter des remèdes concrets aux maux sociaux, ce qu’une société d’individus retranchés derrière leurs droits individuels et de propriété se révèle de plus en plus impuissante à accomplir.

Sur le même thème
L'affaire Maillé

L'affaire Maillé

L'éthique de la recherche devant les tribunaux

Marie-Ève Maillé

La tyrannie des droits

Table des matières

Avant-propos
Préface, par Anne-Marie Voisard

Introduction – Quelle tyrannie ?
1. La genèse des droits
2. L’individualisme des droits
3. L’avènement des droits comme discours dominant
4. L’imposture universaliste
5. Droits : le naturel et le divin
6. Les droits et l’État
7. Le droit de propriété : droits humains et droits des sociétés
8. Les droits relatifs à la propriété et le droit de propriété
9. Le droit à l’alimentation et l’assiette vide
10. Les droits des agriculteurs et les droits des sélectionneurs
11. Les droits fonciers
12. Les droits et les ressources : de la création à la commercialisation
13. Le droit à l’eau
14. Les droits de la nature : plantes, animaux, poissons
15. Chacun pour soi : les droits de l’intellect
16. Le droit de mourir comme on veut
17. Le droit d’ingérence
18. Où est-ce que ça va finir ?

Postface