Partager
Retour
Pour une nouvelle narration du monde

Acheter en ligne

  • Rue des Libraires
Acheter en version numérique (EPUB)
Acheter en version numérique (PDF)
Feuilleter en ligne

Parution

Canada

novembre 2007

Europe

janvier 2008

Papier

Prix

20$ / 15€

Nombre de pages

184

ISBN

978-2-923165-36-3

Table des matières

Pour une nouvelle narration du monde

Riccardo Petrella | Régulière | 184 pages

Traduit de l'anglais par Anne Rondelet-Petrella

Aujourd’hui l’humanité n’est pas titulaire de droits et de devoirs, l’humanité n’existe pas en termes de pouvoirs juridiques et politiques. Voilà pourquoi le Président des États-Unis peut continuer à faire ce qu’il veut en Alaska, ou que le Président russe peut continuer à opprimer la population tchétchène, légitimement en apparence, sur la base du principe de la souveraineté nationale, parce que l’humanité n’existe pas. Ainsi, les États « souverains » peuvent faire, abusant bien souvent de leurs « peuples », ce qu’ils veulent, de l’atmosphère, de l’eau, des forêts, de la paix.
- Extrait

L’humanité vit une crise sans précédent où le sens est subordonné aux chiffres, où même le respect du vivant s’efface devant les règles économiques. Selon certains, il n’existerait plus aucune alternative au capitalisme, et la globalisation, inéluctable, est un signe de « progrès ». En outre, la complexité du système mondial économique actuel rendrait impossible tout changement. C’est ainsi que de façon imperceptible, nous est imposée une vision marchande du monde, unique et réductrice.

Dans cet ouvrage, Riccardo Petrella analyse cette « narration dominante », qu'il nomme « la Théologie universelle capitaliste ». Il démontre que la construction d'un monde différent passe d'abord par l'invention d'une autre façon de voir les choses et de les nommer. La « narration de l'humanité » qu’il propose redéfinit le champ des possibles et réinvente un avenir en modifiant l’ordre des priorités. Il met de l'avant des principes fondateurs d'humanité, de solidarité, de paix, de droit de tous à la vie sur terre – donc déclarer illégale la pauvreté – qui doivent devenir des priorités tout en respectant notre bien commun, la Terre.

Si Désir d’humanité nous conviait au rêve, cet ouvrage est celui d’un économiste lucide qui ancre sa réflexion dans une réalité à changer. Il revendique des mesures concrètes, tant au niveau politique que juridique, pour construire une société différente. De plus, la rédaction sous forme d’entretiens rend la lecture de ce livre agréable et dynamique.

Sur le même thème

Pour une nouvelle narration du monde

Table des matières

INTRODUCTION Pour une nouvelle narration
La narration dominante
La narration de la Théologie universelle capitaliste
Une narration différente

PREMIÈRE PARTIE La narration de la globalisation capitaliste

CHAPITRE I La Théologie universelle capitaliste

CHAPITRE II Facteurs qui ont permis à la Théologie universelle capitaliste de s’imposer L’attaque contre l’État du Welfare
La crise du système monétaire et financier international
Les « révolutions » technologiques et l’évangile de la compétitivité
La faillite du socialisme réel

CHAPITRE III La société résultant de l’application de la Théologie universelle capitaliste
Un monde pour un petit nombre
La personne réduite au rang de ressource humaine
L’éducation au service des logiques du capital
La naissance de nouvelles divisions entre les humains : le « fossé digital » et le « fossé cognitif »
La marchandisation de la vie. L’État au service des marchands
De la culture des droits à la culture des besoins

DEUXIÈME PARTIE La narration de l'humanité

CHAPITRE IV Changer la priorité de l’ordre du jour mondial
Au-delà de l’inéluctabilité du présent et d’un futur inacceptable
Penser aux huit milliards d’êtres humains en 2025
L’illégalité de la pauvreté
CHAPITRE V Construire l’économie, les « règles de la maison » au service de la vie
La définition de l’économie
Pour le désarmement financier de l’économie actuelle

CHAPITRE VI Le vivre ensemble.Biens et services communs mondiaux

CHAPITRE VII L’humanité
La reconnaissance juridique et politique de l’humanité
Pour une Organisation mondiale de l’humanité

CONCLUSION. Le défi global de la vie