Partager
Retour
Le néolibre-échange

Acheter en ligne

  • Rue des Libraires
Acheter en version numérique (EPUB)
Acheter en version numérique (PDF)
Feuilleter en ligne

Parution

Canada

mars 2015

Papier

Prix

20$ / 15€

Nombre de pages

192

ISBN

978-2-89719-192-4

Numérique

Prix

14.99$ / 10.99€

ISBN ePub

978-2-89719-194-8 

ISBN PDF

978-2-89719-193-1

Table des matières

Le néolibre-échange

L'hypercollusion business-politique

Jacques B. Gélinas | Régulière | 192 pages

La montée de l’idéologie néolibérale, à partir des années 1980, s’est institutionnalisée à travers une série d’accords de libre-échange économiques et commerciaux d’un genre tout à fait nouveau, dits de deuxième génération, parce qu’ils prévoient non seulement la fin des barrières tarifaires, mais aussi l’accès aux marchés publics, la libre circulation des investissements et la protection des brevets des multinationales. L’assujettissent du politique aux lois du marché devient alors planétaire et total. Le néolibre-échange était né. 

Dans une démonstration claire et limpide, naviguant entre le récit et l’analyse, Jacques B. Gélinas en raconte ici la genèse et l’évolution jusqu’à aujourd’hui. Pour que les élites politiques consentent à ce programme politique, il fallait les faire signer. Ce qu’elles ont fait en adoptant une panoplie d’accords bilatéraux, régionaux et multinationaux. En 1988, Ronald Reagan et Brian Mulroney ouvraient la voie en signant l’Accord de libre-échange Canada-États-Unis (ALE), soutenus par les ténors du Parti québécois qui contribuèrent ainsi à affaiblir l’État du Québec qu'ils voulaient souverain. Quatre ans plus tard, le même Mulroney signait l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avec ses homologues états-unien et mexicain. Ces deux ententes serviront de modèle aux multiples accords négociés par la suite, tous dans le plus grand secret, officialisant ainsi une hypercollusion entre le monde des affaires et les gouvernements, institutionnalisée pour la première fois dans l’histoire par l’entremise de traités transmissibles d’un gouvernement à l’autre, d’une génération à l’autre.

Devant le bilan désastreux du néolibre-échange en matière d’environnement, d’accès aux services publics et de démocratie, l’auteur explore les contours d’un modèle alternatif qui s’enracine déjà dans les interstices du système capitaliste actuel : le coopérativisme. Si le néolibre-échange a fait de l’individualisme et de la compétition les piliers de l’activité économique, la coopération pourrait bien devenir le socle d’une nouvelle économie qui remet la solidarité au cœur de nos pratiques.

---

Sur le même thème
Paradis sous terre

Paradis sous terre

Comment le Canada est devenu la plaque tournante de l'industrie minière mondiale

Alain Deneault, William Sacher

Le néolibre-échange

L'hypercollusion business-politique

Table des matières

Remerciements
Liste des sigles
Présentation
Première partie – Comment le néolibre-échange s’est imposé au Canada, en Amérique du Nord et dans le monde
Chapitre premier – Comment l’establishment canadien s’est subitement converti au néolibre-échange
Chapitre 2 – Comment la classe politique québécoise s’est alignée sur la proposition Reagan-Mulroney
Chapitre 3 – La vraie nature du néolibre-échange

Deuxième partie – Pourquoi et comment le coopérativisme est appelé à supplanter le capitalisme
Chapitre 4 – Réformer ou remplacer le capitalisme?
Chapitre 5 – La contestation radicale du capitalisme au XIXe siècle
Chapitre 6 – Naissance et essor du mouvement coopératif québécois
Chapitre 7 – Le coopérativisme, vaisseau amiral d’une économie plurielle

Épilogue – Un défi colossal pour les enfants du XXIe siècle

Bibliographie