Partager
Retour
Le langage des sans-voix

Acheter en ligne

  • Rue des Libraires
  • Archambault
  • Renaud Bray
  • Place des librairies
  • Gallimard de Montréal
Acheter en version numérique (EPUB)
Acheter en version numérique (PDF)
Feuilleter en ligne

Parution

Canada

mars 2016

Europe

septembre 2016

Papier

Prix

25$ / 18€

Nombre de pages

248

ISBN

9782897192426

Numérique

Prix

17.99$ / 12.99€

ISBN ePub

9782897192433

ISBN PDF

9782897192440

Table des matières

Le langage des sans-voix

Les bienfaits du militantisme pour la démocratie

Stephen D'Arcy | Régulière | 248 pages

Traduit de l'anglais par Jonathan Martineau

« Ce qu'il faut comprendre », insista un jour Martin Luther King, « c’est qu’une émeute est le langage des sans-voix ». Le recours à l’émeute, suggérait-il, est rarement un signe d’irrationalité ou d’un comportement de foule. Il est plus souvent le fait de gens marginalisés qui cherchent à faire entendre leur voix. Et si, en certaines occasions, ces excès de « violence » n’étaient pas condamnables, mais au contraire légitimes, voire admirables, puisqu’elles rendraient les revendications de ceux et celles qui sont opprimé.e.s impossibles à ignorer ?

C’est la question qui traverse cet essai éclairant de Stephen D’Arcy. La dernière décennie a été marquée par de nombreux mouvements de contestation à travers le monde, du mouvement Occupy au Printemps arabe, en passant par les grandes manifestations du Printemps québécois. Ces « éruptions » de résistance illustrent parfaitement l’apport essentiel du militantisme pour la démocratie, car elles ont permis à une nouvelle génération privée de perspectives d’avenir de se faire entendre. Sur la base d’un « modèle démocratique » qu’il a établi pour déterminer la légitimité d’une pratique militante, D’Arcy démontre, à travers moult exemples, qu’il vaut mieux orienter les discussions sur les tactiques et stratégies militantes en fonction de leur nature démocratique plutôt que condamner la violence de façon aveugle et systématique.

À la fois analyse des aspects éthiques et politiques de l’action militante et examen de l’histoire de la résistance citoyenne, Le langage des sans-voix soutient avec force l’idée que la pratique militante ne constitue pas un danger pour la démocratie. Bien au contraire, le militantisme apparaît clairement comme un remède légitime à l’intransigeance des élites et comme un contrepoids aux systèmes de pouvoir qui ignorent les revendications populaires et musellent toute voix dissidente.

Sur le même thème

Le langage des sans-voix

Les bienfaits du militantisme pour la démocratie

Table des matières

Introduction : Le militantisme comme vertu civique
  
Première partie : Un modèle de sain militantisme
Chapitre premier : La vocation militante
Chapitre 2 : L’objection libérale
Chapitre 3 : Le modèle démocratique

Deuxième partie : Les applications pratiques
Chapitre 4 : La désobéissance civile
Chapitre 5 : L’action directe perturbatrice
Chapitre 6 : Le sabotage
Chapitre 7 : Le Black Bloc
Chapitre 8 : L’émeute
Chapitre 9 : La lutte armée

Remerciements