Partager
Retour
Le mythe de l'humain augmenté
Acheter en version numérique (EPUB)
Acheter en version numérique (PDF)
Feuilleter en ligne

Parution

Canada

octobre 2021

Europe

octobre 2021

Papier

Prix

22$ / 15€

Nombre de pages

160

ISBN

978-2-89719-738-4

Numérique

Prix

16.99$ / 10.99€

ISBN ePub

978-2-89719-740-7

ISBN PDF

978-2-89719-739-1

Table des matières
À paraître

Le mythe de l'humain augmenté

Une critique politique et écologique du transhumanisme

Nicolas Le Dévédec | Collection Théorie | 160 pages

Faciliter les ruptures amoureuses au moyen d’un médicament qui estomperait le sentiment d’attachement, jugé néfaste et «addictif». Neutraliser chimiquement nos tendances les plus agressives dans le but de pacifier les relations humaines. Réduire génétiquement la taille des êtres humains afin de limiter notre empreinte écologique sur Terre. Et, ultimement, repousser les frontières de la mort jusqu’à ce que celle-ci ne soit plus une fatalité, mais bien un choix indivi­duel. Le continent des promesses transhumanistes semble sans limi­tes et suscite autant de fascination que d’effroi.

Mouvement prônant une amélioration radicale de nos performances physiques, intellectuelles et émotionnelles grâce aux avancées technoscientifiques et biomédicales, le transhumanisme et l’idé­o­lo­gie de l’humain augmenté gagnent de plus en plus en notoriété. Or, le sensationnalisme futuriste de ses thèses nous empêche de bien réfléchir à leur réalité scientifique, à leur rôle économique et à leur sens politique. En resituant le débat sur le terrain du politique, Nicolas Le Dévédec montre avec clarté que ce mouvement n’est en rien révolutionnaire: changer l’être humain pour mieux ne pas changer notre modèle de société constitue son ressort politique profond.

Adhérant à l’horizon productiviste de notre temps, le transhu­manisme est indissociable du néolibéralisme et de l’appropriation capitaliste toujours plus poussée de nos corps et de nos vies, comme en témoigne l’intériorisation des normes de performance individuelle calquées sur le modèle de l’entreprise. Cristallisant l’imaginaire de la maîtrise de la nature, le mouvement contribue éga­lement à entre­tenir un rapport au monde, à l’humain et au vivant profondément dévastateur. À l’ère de l’Anthropocène, il est temps de reconquérir notre autonomie politique et de formuler une véritable «éco­logie politique de la vie et du vivant».

Livres sur le même thème
Idéaux politiques

Idéaux politiques

Bertrand Russell

Les stratèges romantiques

Les stratèges romantiques

Remédier aux désordres du monde contemporain

Pierre Mouterde

Un peuple libre

Un peuple libre

Indépendance, laïcité et inclusion

Benoit Renaud

Le mythe de l'humain augmenté

Une critique politique et écologique du transhumanisme

Table des matières

Remerciements

Introduction
Il faut que tout change pour que rien ne change

Le transhumanisme-spectacle et ses angles morts
« Par-delà bien et mal » : repolitiser la question du transhumanisme
Une critique politique et écologique du transhumanisme et de son monde

Chapitre premier
Inadaptés au futur ? Le transhumanisme au service de la dépolitisation sociale

Survivre au futur : le nouvel ordre moral transhumaniste
La biomédicalisation généralisée des conditions de vie sociale
Modifier l’espèce humaine pour sauver la planète ?

Chapitre 2.
«Il faut s’augmenter»: sur le nouvel impératif ­biopolitique du capitalisme
L’éthique néolibérale et l’esprit du transhumanisme
L’humain augmenté ou le gouvernement biopolitique de soi
à l’âge néolibéral
Le transhumanisme, outil de légitimation du biocapitalisme

Chapitre 3
Corps augmentés, êtres exploités: l’éternel horizon productiviste du capitalisme

Des milieux sportif et militaire au monde du travail
De l’organisation scientifique du travail à l’optimisation technoscientifique des travailleurs
De l’intensification du travail à l’autodiscipline accrue des travailleurs

Chapitre 4
Retour sur Terre : le transhumanisme face à l’Anthropocène et la question de l’émancipation

Le transhumanisme et l’imaginaire capitaliste moderne
de la maîtrise
L’illusion de la maîtrise ou le revers d’un monde « sans limites »
Refonder la question de l’émancipation : vers une écologie politique de la vie et du vivant

Conclusion
Changer de monde plutôt que l’être humain


Bibliographie générale