Partager
Retour
Revue de presse

«Une vie de militantisme»: Chomsky contre le suicide collectif conscient

Michel Lapierre | Le Devoir

 

« L’hypocrisie, mal politique profond, Noam Chomsky, né à Philadelphie en 1928, passe sa vie à la dénoncer. En 2021, il déclare : “Dans les années 1970, le Parti démocrate des États-Unis [qui ne représente en rien la gauche] a essentiellement abandonné la classe ouvrière à son sort. Et il n’a pas renoué avec elle depuis.” Son succès, il le doit, dit-il, aux “électeurs des banlieues riches, écoeurés des pitreries de Trump”, le républicain.

Ce passage donne le ton du penseur social américain dans Une vie de militantisme, entretiens qu’il accorde à Charles Derber, à Suren Moodliar et à Paul Shannon. Traduit par Nicolas Calvé, le franc-parler de Chomsky se joint à un humour aussi grinçant que démystificateur.

Au sujet de l’ex-président américain, en principe climatosceptique, l’auteur raconte : “Trump lui-même croit fermement au réchauffement planétaire. Il l’a fait savoir lorsqu’il a demandé au gouvernement de l’Irlande d’ériger une digue pour protéger son terrain de golf de la montée des eaux.”

L’irrationalité de Trump est, selon Chomsky, partagée par les “barons de la finance et de l’industrie”. Si le penseur et polémiste s’isole de la plupart des analystes, c’est qu’il n’ignore pas, à la différence de ceux-ci, l’existence des mots conformisme et platitude. [...]  »

 

Pour lire l'article complet, cliquez ici 

 


Une vie de militantisme

Noam Chomsky

Une vie de militantisme

Collection Régulière

Fiche du livre

Sur le même thème