Partager
Retour
Revue de presse

Oublié, le pouvoir ouvrier?

Jean-François Nadeau | Le Devoir

 

 

« [...] Dans 1972. Répression et dépossession politique, un livre qui paraît lui aussi ces jours-ci, l’essayiste Olivier Ducharme montre en quoi la société québécoise se trouve en quête "d’un royaume sans roi", pour reprendre les mots du cinéaste et essayiste Pierre Perrault. Cette année-là, les femmes débarquent dans les tavernes, même si la loi leur en interdit l’accès. Des policiers armés les évacuent de force. La crise d’Octobre est à peine passée. Une des figures fortes du Front de libération du Québec, Pierre Vallières, fait volte-face et rallie le Parti québécois. Son alter ego, Charles Gagnon, critique ce choix. "Le Parti québécois ne fera pas la révolution, déclare-t-il. On peut même se demander s’il fera l’indépendance." Gagnon décide plutôt de plonger plus en avant dans la culture d’un marxisme dont il espère — en vain — tirer des fruits pour sa société.

En cette année 1972, le sociologue Fernand Dumont déclare que le Québec se dirige tout droit vers le socialisme, mais qu’il reste à savoir quelle en sera la forme. La présentation de la pièce de Claude Gauvreau Les oranges sont vertes fait scandale. La ministre de la Culture, Claire Kirkland-Casgrain, refuse de soutenir le rayonnement de l’œuvre de Michel Tremblay, en jugeant de haut l’usage de la langue populaire dans l’art. Le développement hydroélectrique de la baie James est décrété sans même avoir été discuté au préalable avec les occupants du territoire touché. Le film L’Acadie, l’Acadie ?!? de Pierre Perrault et Michel Brault, interdit de diffusion pendant un moment, tout comme 24 heures ou plus, de Gilles Groulx, font réfléchir sur ce qui guette la société si elle ne parvient pas à sortir du moule qui la comprime.

[...]

La parole de Chartrand

Le bouillant Michel Chartrand reproche aux trois représentants syndicaux de faire le jeu du "syndicalisme d’affaires". Chartrand plaide, tout comme son ami écrivain Pierre Vadeboncœur, pour un autre usage du syndicalisme. Le syndicalisme de combat qu’ils préconisent entend changer profondément le cadre de vie des gens, sans se limiter à quémander de simples rattrapages de salaire.

Pour Chartrand, "le nombre actuel de travailleurs syndiqués constitue une force suffisante" pour renverser la vapeur, à condition que les Québécois "cessent d’être peureux". Le fond du problème, dit-il de sa voix haute perchée, est "qu’on est trop peureux pour dire ça peut changer, ça doit changer, ça va changer".

Vadeboncœur rappelle que le travail syndical doit se faire en gardant bien en vue un horizon de changements globaux. « C’est parce qu’il y a de graves problèmes qui se posent aux salariés et à la masse du peuple, en dehors des entreprises et du travail, qu’il importe de faire porter ailleurs, également et parallèlement, l’action des mouvements syndicaux. »

 

Des leçons

La question de la nécessité de nouveaux fronts communs refait périodiquement surface, mais « l’esprit révolutionnaire a été partout déçu, avant de progressivement s’effacer », regrettent les documentaristes. Devant des rêves brisés à répétition, il n’existe que peu de remèdes pour les relancer, sinon en oublier les échecs, laissent-ils entendre dans une finale plutôt sombre.

"Qui prône le souvenir sait qu’on ne peut tirer aucune leçon sérieuse de l’histoire sans affronter ses fantômes. Mais qui ne sait pas oublier ne peut plus jamais retomber en amour" , laisse finalement tomber David Simard, qui assure la narration du documentaire. L’oubli face à un moteur historique a-t-il jamais constitué un carburant d’avenir ? Dans son livre original, Olivier Ducharme plaide de son côté pour la nécessité d’emmagasiner ce bagage historique laissé sur le bas-côté de l’histoire officielle pour apprendre à se sortir d’un cul-de-sac, pour enfin délivrer la vie des interdits du pouvoir qui l’étouffe. »

 

Pour lire l'article complet, cliquez sur le lien dans la bio

 


1972

Olivier Ducharme

1972

Répression et dépossession politique

Collection Parcours

Fiche du livre

Sur le même thème