Partager
Retour
Revue de presse

Détournement de science. Être scientifique au temps du libéralisme.

Claire Lecœuvre | Le Monde diplomatique

La difficulté croissante des scientifiques à trouver des financements, et donc du temps pour leurs recherches, est connue. En parallèle, un certain scepticisme à l’égard de la science se développe dans toutes les couches de la société. Pour Jean-Marie Vigoureux, professeur émérite à l’université Bourgogne Franche-Comté, c’est la double conséquence du démantèlement de la pratique scientifique. Le XIXe siècle a élevé la science au rang de dogme : on allait pouvoir « organiser scientifiquement l’humanité pour le bonheur de tous ». Si cette doctrine scientiste a échoué à tenir ses promesses, elle a en revanche, selon l’auteur, laissé la finance s’introduire au cœur des laboratoires, au profit de technologies commercialisables court-termistes. À présent, seuls comptent les résultats et les chiffres. Pourtant, la recherche consiste plutôt en un chemin parsemé d’erreurs au fil duquel les scientifiques élaborent lentement des concepts et des théories. Redonner toute sa place à ce cheminement permettrait à chacun de développer son esprit critique. Et, par là même, de décider collectivement quelle science nous voulons.

Pour lire l'article complet, cliquez ici.

 


Détournement de science

Jean-Marie Vigoureux

Détournement de science

Être scientifique au temps du libéralisme

Collection Régulière

Fiche du livre

Sur le même thème