Retour

Savoir se guérir

Quand la société nous rend malades

Quel est l’impact de la société capitaliste sur notre santé, quand culte de la performance, inégalités et chômage riment avec épuisement professionnel, dépression, cancers…?

C’est comme si le système tout entier de la santé au travail, de la recherche à l’indemnisation, en était venu au fil du temps à miner tout sentiment d’empathie envers les travailleurs. [+]

Pour Karen Messing, qui a passé sa vie à étudier l’invisible qui fait mal, il est temps de dénoncer le fossé empathique, cette incapacité ou ce refus des scientifiques et des dirigeant.e.s à se mettre à la place des travailleurs et travailleuses et ainsi partager la souffrance de ceux et celles qui s’échinent dans l’ombre : serveuses, caissières, femmes de ménage… Les fourmis travaillent pour que cette économie roule sans accroc, mais à quel prix ?

Un prix qui est aussi parfois lourd à payer quand on introduit à tout vent, sous la pression d’intérêts privés bien sentis, de nouvelles technologies sans en avoir mesuré toutes les implications. C’est le principe de précaution qui devrait toujours prévaloir, que ce soit pour des ouvrier.e.s de l’amiante qui ont manipulé des substances toxiques au prix de leur vie, ou encore en ce qui a trait aux rayonnements électromagnétiques. Le Dr Martin Blank sonne l’alarme à ce propos, faisant le parallèle avec l’industrie du tabac qui a passé des années à décrédibiliser toute étude qui dénonçait les dangers du tabac sur la santé. Lignes électriques, systèmes Wi-Fi, téléphones intelligents, fours à micro-ondes... le Dr Martin Blank nous dit pourtant qu’il y a lieu de nous inquiéter actuellement, car nous sommes exposé.e.s à un bombardement d’ondes comme jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité. Les connaissances scientifiques en ce qui concerne les effets biologiques d’une exposition à des rayonnements électromagnétiques non ionisants font de cette exposition une question de santé publique dangereusement ignorée. Blank veut ainsi nous faire prendre conscience que ces champs posent un risque réel pour les êtres vivants et que des normes de sécurité peuvent et doivent être envisagées pour l’industrie et ses produits.

Mais quand la maladie frappe, que le mal-être nous assaille, que peuvent les médicaments ?

La crainte de la maladie, l’angoisse face à la mort, l’increvable espérance d’une guérison miraculeuse sont autant de cordes sensibles sur lesquelles les barons du médicament jouent en virtuoses. [+]

Accroc au profit, avide de nouveaux marchés, l’industrie pharmaceutique s’est infiltrée dans tous les domaines de la santé et paraît d’ailleurs travailler davantage pour la maladie que pour la santé du public. J.-Claude St-Onge est l’auteur d’une oeuvre impressionnante pour dénoncer la culture du secret au sein de cette industrie en ce qui a trait aux effets secondaires des médicaments et surtout cette capacité qu’elle possède à créer des maladies lucratives avec les événements normaux de la vie. Sommes-nous tous devenus fous ? demande-t-il. Une personne en deuil souffrirait de « dépression majeure » si elle n’arrive pas à surmonter son chagrin après deux semaines. Une personne très timide serait atteinte de « phobie sociale » et un enfant qui conteste les adultes et les règles serait taxé de « trouble oppositionnel avec provocation ». Et quand l’industrie pharmaceutique utilise le public comme cobayes pour tester de nouveaux médicaments, le pire peut arriver. Scandale du Vioxx et autres morts sur ordonnance, la liste des victimes de l’industrie pharmaceutique fait froid dans le dos.

Les effets du néolibéralisme sur la santé de la population sont multiples. Pauvre et malade, riche et en santé, les inégalités sociales passent sous la peau, comme l’ont démontré avec brio Kate Pickett et Richard Wilkinson dans L’égalité, c’est mieux. Mais comment nous guérir de ce système qui nous broie alors ?

Et si nous sortions du travail et de son imaginaire, comme nous enjoignent Rodolphe Christin, Jean-Christophe Gulliani, Philippe Godard et Bernard Legros ?

Titres associés