Retour

Savoir résister

Impérialismes d'hier et d'aujourd'hui

Les mêmes grands principes sont à l’œuvre dans les 500 ans de crimes impérialistes et dans la façon dont ces crimes entrent dans l’histoire. [+]

Les pires horreurs ont été commises au nom du bon rayonnement de la civilisation occidentale. Cet impérialisme a pris de multiples formes à travers le temps, et les ouvrages de Noam Chomsky sont désormais des références pour l’analyser, lui qui s’est plus particulièrement penché sur le rôle joué par la politique étrangère étatsunienne et son important appareil de propagande médiatique. Mais quel est aujourd’hui le visage de l’impérialisme ? Est-il uniquement lié à l’État ? Pour Alain Deneault, nous devons désormais considérer les multinationales comme de nouveaux pouvoirs agissant de manière souveraine et défendant leurs intérêts au détriment des peuples. Brimer et déposséder les populations locales en plus d’éteindre toute étincelle de résistance est le leitmotiv de l’impérialisme occidental.

Le tiers monde doit apprendre que personne ne peut redresser la tête. Le gendarme de la planète poursuivra sans relâche tous ceux qui commettront ce crime inqualifiable. [+]
La Palestine est malheureusement un exemple emblématique et toujours d’actualité de ces dynamiques de colonisation et de dépossession : L’appui de l’Occident à Israël se fonde également sur la reconnaissance du caractère foncièrement européen de cette colonie de peuplement récente, qui ressemble sous plusieurs aspects aux anciennes colonies britanniques à travers le monde. La complicité dans l’établissement de l’impérialisme n’est pas seulement une affaire de politique étrangère. L’impérialisme oeuvre au sein même des États par un contrôle minutieux de l’information. Cette propagande sert l’impérialisme en gardant le peuple dans l’ignorance, faisant de cette idéologie la norme. En entretien avec Andre Vltchek, Noam Chomsky insiste sur cette fonction de propagande : Depuis un siècle, on n’a pas ménagé les efforts pour mettre en place un système de propagande fort complexe. Sa fonction principale consiste à laver le cerveau des gens d’ici par la publicité. À ce chapitre, la culture étatsunienne devient aussi une arme de propagande : Le cinéma hollywoodien permet enfin de donner une image positive des États-Unis dans le reste du monde, ce qui facilite l’expansion de l’empire et le déploiement de la diplomatie américaine. Il permet aussi de transmettre une image favorable des marques des grandes compagnies, par le placement de produits surtout.

Les multinationales reprennent aujourd’hui les traits de l’impérialisme des États d’antan, sous un genre nouveau. Pour Alain Deneault, la multinationale Total est un cas d’école. Total est un pouvoir, Power Corp., l’empire des Desmarais, est un pouvoir. Ils font partie de cette autorité, une influence qui est capable de faire du lobbying, d’influencer, par des investissements, par les relations publiques, les communications de masse, par le financement politique dans différents pays, par le financement des universités, l’appropriation des médias... Total se dresse au-dessus de tout obstacle : des lois, des États, des sociétés. Total dicte les lois et les enjeux dans les pays où elle est active.

Le réel, c’est nous. Les enjeux écologiques, c’est nous. La loi du marché, c’est nous. [+]

Total ne fait pas de politique, elle conditionne les termes contraignants de la délibération politique. Et grâce à leur fragmentation (Total est par exemple composée de 882 sociétés réparties dans 130 pays), les multinationales se déploient à une échelle qui échappe à celle des autorités publiques. Devant ces pouvoirs qui ne rencontrent pas de contre-pouvoirs, il convient de comprendre ce nouveau pouvoir tentaculaire, pour mieux le combattre.

Titres associés