Partager
Retour
Le capitalisme, c'est mauvais pour la santé
Acheter en version numérique (EPUB)
Acheter en version numérique (PDF)
Feuilleter en ligne

Parution

Canada

avril 2021

Papier

Prix

27$ / 20€

Nombre de pages

288

ISBN

978-2-89719-703-2

Numérique

Prix

19.99$ / 14.99€

ISBN ePub

978-2-89719-705-6

ISBN PDF

978-2-89719-704-9

Table des matières
Nouveauté

Le capitalisme, c'est mauvais pour la santé

Une histoire critique des CLSC et du système sociosanitaire québécois

Anne Plourde | Collection Régulière | 288 pages

La crise sanitaire, économique et sociale découlant de la pandémie de COVID-19 n’est qu’une «répétition générale» des catastrophes auxquelles sera confrontée l’humanité si elle ne parvient pas à limiter le réchauffement planétaire. Or, le réseau sociosanitaire québécois, affecté par 40 ans de réformes néolibérales, est très mal préparé pour affronter de tels bouleversements. Pour Anne Plourde, le diagnostic est clair: le capitalisme, c’est mauvais pour la santé.

Coupes massives, dégradation des conditions de travail, pénuries de personnel, rémunération indécente des médecins, bureaucratisation à outrance, modes de gestion autoritaires et privatisation croissante des services... Dans une analyse aussi limpide que pénétrante, Anne Plourde met en relief le rôle du capitalisme et de la lutte des classes dans cette détérioration du système public de santé québécois. En prenant appui sur l’histoire des Centres locaux de services communautaires (CLSC), elle livre une critique abrasive du modèle de soins dominant, centré sur «le bon docteur, l’hôpital et le pilulier».

Le capitalisme, de par sa nature même, crée des conditions de vie nocives pour les individus et la planète. Et en médicalisant les problèmes sociaux et politiques, il dépolitise les enjeux liés à la santé. Heureusement, ce n’est pas la seule avenue possible. Lutter pour dépasser ce système basé sur l’exploitation et la domination, bâtir des services de santé démocratiques et robustes, voilà ce qu’on peut faire de mieux pour garder la santé!

Livres sur le même thème
L'envers de la pilule

L'envers de la pilule

Les dessous de l'industrie pharmaceutique

J.-Claude St-Onge

Pandémie

Pandémie

Traquer les épidémies, du choléra aux coronavirus

Sonia Shah

L'égalité, c'est mieux

L'égalité, c'est mieux

Pourquoi les écarts de richesse ruinent nos sociétés

Kate Pickett, Richard Wilkinson

Le capitalisme, c'est mauvais pour la santé

Une histoire critique des CLSC et du système sociosanitaire québécois

Table des matières

LISTE DES ACRONYMES
AVERTISSEMENT

INTRODUCTION — Le capitalisme, c’est mauvais pour la santé!
Pourquoi les CLSC?

CHAPITRE 1 — Le capitalisme nous rend malades : naissance du capitalisme et désastre sanitaire
Le capitalisme, qu’est-ce que c’est?
Enclosures et Poor Laws : la création du Capital et du Travail en Angleterre
Ce que révèlent les Factory Acts : le désastre sanitaire de l’industrialisation capitaliste
« Ruissellement », reproduction sociale et luttes de classes
Vers le développement de l’assurance maladie et des services publics de santé

CHAPITRE 2 — Les capitalistes contre la santé : conceptions de la santé, intérêts de classe et pouvoir du Capital
Conception « capitaliste » de la santé : le bon docteur, l’hôpital et le pilulier
Conception « populaire » de la santé : organisation communautaire, luttes sociales et prévention des maladies
La Bourse ou la vie : santé et pouvoir du Capital
La centralité du rapport de force

CHAPITRE 3 — La création des CLSC ou comment s’est imposée la conception populaire de la santé au Québec
Les CLSC : un modèle « socialiste » dans une société capitaliste
Montée en force et radicalisation des travailleuses
Au Québec : les conséquences paradoxales de la Grande Noirceur
Attention, contre-offensive capitaliste en vue!

CHAPITRE 4 — La contre-offensive capitaliste, le renversement du rapport de force et l’« échec » des CLSC
La mise au pas des CLSC
Médecins et mouvement de contestation
Les capitalistes passent à l’offensive
Renversement du rapport de force : le rôle essentiel de l’État
Les CLSC, un « échec »?

CHAPITRE 5 — Quarante ans de reculs et de résistances : les ravages du néolibéralisme en santé et services sociaux
Le néolibéralisme, qu’est-ce que c’est?
Le néolibéralisme en santé et services sociaux
Néolibéralisme, pandémie et crise climatique : chronique d’un (double?) échec annoncé
Le néolibéralisme comme cause sociale de la maladie

CHAPITRE 6 — Six solutions pour préparer l’après-pandémie en santé et services sociaux
PROPOSITION 1 : Redonner du pouvoir aux travailleuses sur les enjeux de santé et sécurité au travail
PROPOSITION 2 : Reconquérir le droit à la grève dans les services publics, en particulier dans le secteur de la santé et des services sociaux
PROPOSITION 3 : Refinancer le réseau de la santé et des services sociaux à la hauteur des besoins actuels et à venir
PROPOSITION 4 : Nationaliser, décentraliser et redémocratiser les services de santé et les services sociaux
PROPOSITION 5 : Passer d’un système hospitalo-centrique à un système centré sur la prévention et la première ligne
PROPOSITION 6 : Transformer les services sociosanitaires en outils de transformation sociale

CONCLUSION – Vers une crise de légitimité du capitalisme?
Menaces et potentialités de la conjoncture actuelle
Pandémie et reproduction sociale : vers une crise de légitimité du capitalisme?

REMERCIEMENTS