Partager
Retour
Airvore ou la face obscure des transports

Acheter en ligne

  • Rue des Libraires
  • Archambault
  • Renaud Bray
  • Place des librairies
  • Gallimard de Montréal
Acheter en version numérique (EPUB)
Acheter en version numérique (PDF)
Feuilleter en ligne

Parution

Canada

mars 2018

Europe

avril 2018

Papier

Prix

34$ / 25€

Nombre de pages

344

ISBN

9782897193591

Numérique

Prix

25.99$ / 18.99€

ISBN ePub

9782897193614

ISBN PDF

9782897193607

Table des matières
Nouveauté

Airvore ou la face obscure des transports

Chronique d'une pollution annoncée

Laurent Castaignède | Régulière | 344 pages

L’omniprésence des transports motorisés dans nos sociétés nous a imposé une telle «culture de la mobilité motorisée» qu’il est tentant de considérer ces multiples machines comme une nouvelle génération de dinosaures énergivores et polluants. Ces monstres modernes qui saturent l’air de nos métropoles et participent à la déstabilisation du climat seraient-ils devenus une nouvelle espèce hégémonique, non pas herbivore ou carnivore, mais objectivement «airvore»?

Les discours convenus se veulent rassurants: en matière de consommation de carburants et d’émissions polluantes, les voitures neuves seraient de plus en plus efficientes, les trains devenus parfaitement propres grâce à leur électrification, les navires, toujours aussi discrets malgré leur gigantisme, et les dernières générations d’avions, plus sobres que jamais. Pourtant, on ne cesse d’enregistrer des pics de pollution et de lancer des alertes sanitaires dans de nombreuses zones urbanisées qui n’en finissent plus de suffoquer. Comment se fait-il que, considérés un à un, les moyens de transport semblent exceller, alors que, pris dans leur ensemble, ils échouent à réduire la pollution urbaine et les émissions de gaz à effet de serre?

Quel sera le destin de ces machines «airvores»? Vont-elles finir par disparaître d’elles-mêmes à la suite d’une gigantesque panne sèche ou bien s’éteindre dans un «airpocalypse» surchauffé ? Est-il encore temps d’agir pour les dompter? Dans une enquête historique et sociologique inédite et minutieuse, Laurent Castaignède retrace l’épopée de leur irrésistible ascension et expose leurs impacts environnementaux et sociaux. L’expansion du parc motorisé ne donnant aucun signe d’essoufflement, l’auteur passe au crible les innovations en vogue pour en faire ressortir les limites. Il propose aussi un ensemble de mesures radicales mais pragmatiques qui permettraient de relever le double défi sanitaire et climatique.

Sur le même thème

Airvore ou la face obscure des transports

Chronique d'une pollution annoncée

Table des matières

Introduction

Partie 1 – L’irrésistible ascension de la mobilité motorisée

Chapitre 1 – Les premiers balbutiements motorisés
Des prophéties aux premières esquisses
Quelques tâtonnements au siècle des Lumières

Chapitre 2 – À toute vapeur (1800-1900)
Les premiers transports motorisés
Des infrastructures gigantesques et gloutonnes
Des bassins houillers et sidérurgiques enfumés
La gestion trouble de la pollution urbaine
Des impacts sanitaires et sociaux ambigus
L’aube de la mobilité individuelle
La face noire de la houille blanche
Les premières théories sur le changement climatique

Chapitre 3 – La mobilité change d’échelle (1900-1950)
Le développement de l’automobile
Électrification et coup de frein du transport ferroviaire
Le changement de combustible des navires
Le décollage de l’aéronautique
L’expansion de l’impact global des transports motorisés
Les risques avérés de la « viciation » de l’air urbain
Les transports, enjeu de consommation

Chapitre 4 – Des transports motorisés tous azimuts (1950-2000)
La glorieuse expansion des transports
La croissance entravée par l’instabilité du prix du carburant
La pollution urbaine au pied du mur
La déferlante des réglementations sur les émissions de polluants
Les premiers effets tangibles
La confirmation du réchauffement climatique et de son origine anthropique
L’American (motor)way of life

Chapitre 5 – L’engorgement de la mobilité (depuis 2000)
L’explosion de la mobilité motorisée
L’ampleur grandissante du risque sanitaire
L’évidence du changement climatique
Renforcement mutuel entre pollution de l’air et changement climatique
La course-poursuite de la réglementation et des polluants
De nouvelles réglementations sur les émissions de CO2
Alertes urbaines et restrictions de circulation
Consommation et urbanisme « auto-entretenus »

Partie 2 – Un présent et des perspectives à couper le souffle

Chapitre 6 – Analyse d’une situation étouffante
Des performances et des gabarits en forte hausse
De « l’optimisation réglementaire » à la tricherie
Sisyphe roule-t-il en diesel ?
Toute une vie d’émissions
Les limites de l’efficacité énergétique
Des émissions indirectes en croissance
Une houille blanche pas si propre que cela
Le revers des « biocarburants »
La course à l’échalote des comparatifs intermodaux
La compensation comme blanc-seing
De l’effet rebond au pollution bottom

Chapitre 7 – Le salut par la technologie ?
Les limites de la puissance
Le mythe inaltérable du bolide populaire
Le véritable poids de l’allègement
Le détournement des « écocarburants »
Bientôt tous en voiture électrique ?
La main transmise au « marché »
Promesses et dépendance
L’économie des sens de la voiture autonome
Le drone au secours des engorgements
Le « moteur invisible » du libre-échange

Partie 3 – Quelle sortie de secours ?

Chapitre 8 – La recherche d’un équilibre soutenable

Chapitre 9 – Les sept clés d’une domestication du transport motorisé
1. La transparence et la responsabilisation des constructeurs
2. La gestion globale et harmonisée des carburants
3. La limitation du gaspillage
4. Le partage des espaces et des moyens
5. Le marketing de la sobriété
6. La stabilisation des parcs motorisés
7. La sanctuarisation des réserves

Conclusion

Remerciements

Annexe 1 – Petit glossaire technique
Les moteurs à explosion
Le post-traitement des gaz d’échappement
Les solutions alternatives
Les principaux polluants et leurs effets

Annexe 2 – La formidable porosité de l’échappement automobile
Florilège de techniques d’« optimisation réglementaire »
Les dérapages de l’optimisation
Pris au piège de la tricherie