Partager
Retour
Revue de presse

Quel avenir pour l'automobile dans nos villes ?

Rudy Desjardins | Radio-Canada/Le Café Show

« La place de l'automobile est remise en question dans l'essai Ville contre automobiles:  redonner l'espace urbain aux piétons publié chez Écosociété le 2 février. L'auteur avance que la transition écologique doit passer par l'abandon de la voiture individuelle dans les villes et les banlieues.

Comment peut-on avoir cette réflexion sur l'abandon de l'automobile?

"Dans le livre, j'essaie de critiquer la structure des villes qui est faite pour l'automobile. Si les villes sont espacées en banlieues, c'est à cause de l'automobile. Ce n'est pas la faute aux automobiles, c'est comme ça que les villes ont été aménagées et il faut repenser leur développement pour ramener la marche à pieds comme étalon de mesure dans les villes."

L'ère de l'automobile a environ 100 ans. Les villes d'il y a un siècle avaient davantage de transports en commun et plus d'espace pour les piétons.

"Il y a eu de grands chantiers après la Deuxième Guerre mondiale pour réaménager les villes pour faire de la place aux autoroutes. Dans les années 1920, les problèmes d'embouteillage commençaient. Les urbanistes se demandaient quoi faire avec la voiture : est-ce qu'on l'intègre à la ville ou on l'élimine? Il sera difficile de se déprendre de ce piège, car il faudra se réapproprier les rues pour que ce ne soient pas les voitures qui occupent tout l'espace. La construction d'autoroute urbaine a amené son lot de critiques notamment pour dire que certains quartiers ont été défigurés par le passage d'autoroute. Particulièrement des quartiers moins nantis qu'on a tassés pour faire de la place aux banlieusards qui travaillaient en ville." 

Les véhicules électriques sont-ils une solution viable?

"C'est une fausse solution à un réel problème. On ne changera pas l'aspect des villes avec l'auto électrique et on ne changera pas notre manière de consommer l'automobile, c'est-à-dire de la prendre pour n'importe quoi. Ça va permettre aux constructeurs automobiles de reconstruire complètement le parc automobile. Ce n'est pas une solution pour les villes et le débat environnemental."

L'argument financier peut-il être utilisé pour convaincre davantage de citoyens d'abandonner l'automobile?

"On dépense plus pour la voiture que pour se nourrir. Ce n'est pas qu'une question financière, mais de transition écologique. Il faut réaménager la ville pour permettre une vie de quartier et une ville sans voiture."

Est-ce que la pandémie nous a offert un aperçu avec des voies fermées pour favoriser le transport actif ?

"Oui, on a eu droit à un clin d'oeil, pour quelques semaines. Ce n'était pas dans une vue à long terme. Marcher dans les rues où il n'y avait aucune voiture en plein jour, où il n'y avait pas de son, d'odeur. On avait tout l'espace et c'est difficile de se l'imaginer, car on est habitué à avoir le bruit ambiant, l'odeur et le stress autour de nous en ville." » 

Pour écouter l'entrevue, cliquez ici


Ville contre automobiles

Olivier Ducharme

Ville contre automobiles

Redonner l'espace urbain aux piétons

Collection Polémos

Fiche du livre

Sur le même thème