Partager
Retour
Revue de presse

«À nous la ville!» place la collectivité locale au coeur d’une nouvelle démocratie

En 2015, dans sa leçon inaugurale au Collège de France, le spécialiste de l’histoire urbaine Patrick Boucheron ébranle le milieu intellectuel en insistant sur la nécessité « de faire droit aux futurs non advenus, à leurs potentialités inabouties ». Dans À nous la ville !, le Québécois Jonathan Durand Folco se réfère à lui et montre que les villes, « berceaux de la civilisation », pourraient, en reprenant leur pouvoir usurpé par l’État-nation, révolutionner le XXIe siècle.

Jonathan Durand Folco, qui enseigne à l’École d’innovation sociale de l’Université Saint-Paul d’Ottawa, estime que les progressistes doivent compter sur l’accélération historique de l’urbanisation et de la métropolisation pour changer le monde. Il rappelle qu’au Québec, pas moins de quatre millions de personnes peuplent la grande région de Montréal. Selon lui, devant l’impuissance de l’État-nation à s’imposer pour humaniser la mondialisation, les villes auront à jouer ce rôle en se repolitisant à la lumière de leur passé.

L’idée de corriger la mondialisation néolibérale par l’apport de villes orientées vers le progrès écologique et social suscite l’intérêt. Mieux que le vaste État-nation, alourdi par une bureaucratie qui l’éloigne des problèmes immédiats, une communauté plus circonscrite par la géographie, et donc plus en mesure de profiter de la diversité citoyenne, ne pourra-t-elle pas rayonner dans la société planétaire ?

(...)

URL: http://www.ledevoir.com/culture/livres/495264/sociologie-a-nous-la-ville-place-la-collectivite-local...